terça-feira, 3 de dezembro de 2013

GLACIAL. A UNIÃO DAS LETRAS E DAS ARTES (1967-1974)


Le supplément ‘Glacial A União das Letras e das Artes’ (1967-1974) et l’affirmation du champ littéraire açorien, Lusa Maria de Melo Ponte. Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l’université Paris-Sorbonne, 3 décembre 2010.
             
                 
L’objectif initial de notre thèse était l’étude du supplément Glacial, publié de juillet 1967 à mars 1974 dans l’île Terceira, d’abord dans le journal A União, et, à la fin, en feuilles éparses, comme revue autonome. Lors de la lecture des premiers numéros,Glacial nous a semblé différent de la généralité des autres pages littéraires et culturelles de l’Archipel. Nous avons tout de suite compris que ce Supplément portait une vision engagée de la littérature et de l’art et avons été frappée, tant par son pouvoir de transgression que par la force de son désir d’universalité et d’ouverture à l’Ailleurs. D’autant plus que l’on vivait dans un pays sous un régime politique dictatorial et que, peu de temps avant sa parution, des personnalités importantes du monde des Lettres açoriennes défendaient encore l’existence de suppléments exclusivement açoriens. Par ailleurs, le journal A União appartenait à l’Eglise et était dirigé par les prêtres du Séminaire Episcopal d’Angra do Heroísmo, depuis 1924.
A l’exception du journal A Ilha durant les années 1940, aucune revue ou supplément n’avait manifesté un intérêt pour l’actualité littéraire et artistique des autres espaces et cultures, d’une façon aussi évidente que Glacial. Par ailleurs, les revues et les suppléments culturels et littéraires açoriens ne comptaient pas habituellement sur la présence régulière de personnalités aussi importantes du monde des Arts et des Lettres nationales. Bien qu’ils aient constitué des espaces de réflexion et d’expression d’intellectuels, d’écrivains, d’artistes qui avaient fait l’expérience de vivre et d’étudier à l’étranger, Gávea et Pensamento avaient été essentiellement açoriens, en ce qui concerne les collaborateurs et les sujets abordés. Artes e Letras, publié dans leDiário Insular l’était égalementLes revues et les bulletins des Instituts Culturels créés durant la première moitié du XXème siècle, n’ont pas constitué, non plus, une exception à ce que l’on vient de dire.
Ces constats nous ont étonnée. Interpréter le sens des codes éthiques, esthétiques, voire politiques, convoqués dans ce Supplément périphérique publié dans un journal local açorien, propriété de l’Eglise, est devenu, dès lors, l’un de nos objectifs essentiels. Et c’est ainsi que la question des valeurs nous est apparue comme primordiale pour comprendre la portée de Glacial.
         
     Anúncio do suplemento GLACIAL in A UNIÃO, 03-03-1971, p.1
         
Nous sommes partie du principe qu’un supplément peut être considéré comme une «oeuvre culturelle», résultant d’un projet créateur où s’entrecroisent desdéterminismes et une déterminationDétermination, dans la mesure où l’oeuvre contient en elle-même les clés de son déchiffrement. Elle possède une cohérence et une unité qui lui sont propres, c’est-à-dire, une structure capable de révéler des intentions et des orientations, qui non seulement corroborent celles consciemment exprimées par le producteur, mais qui, en outre, les enrichissent, les complètent et vont même parfois jusqu’à les dépasser. Déterminismes, car la société intervient toujours dans le projet créateur. Ce par quoi une oeuvre est datée et située dans son époque, ce sont les problématiques et les sujets «obligés» qu’elle aborde, autant de fois sans que son créateur l’ait programmé à l’avance. C’est, donc, l’accord implicite entre l’oeuvre et son époque, qui permet sa «reconnaissance», sa lisibilité. Par conséquent, les valeurs que les oeuvres véhiculent ne fonctionnent pas en “système clos”. Elles ne se laisseraient pas saisir en dehors du monde social où les oeuvres s’insèrent. Ainsi, dans l’étude d’un fait littéraire, artistique, intellectuel ou culturel, il ne faut jamais oublier l’espace social dans lequel se trouvent les oeuvres et ceux qui les produisent.
Par conséquent, il faut analyser l’oeuvre en tenant compte du champ auquel elle appartient et dont elle est issue. Le projet créateur ne pourrait se construire en dehors del’histoire irréversible, orientée et cumulative du champ où celui qui le produit est inséré. L’oeuvre, qu’elle soit littéraire, scientifique, artistique ou culturelle, doit beaucoup au champ et à son histoire. Elle contient des traces de cette histoire. Toutefois, l’analyse de l’oeuvre ne serait pas complète si l’on ne considérait pas le rapport qu’elle établit avec la globalité du monde social tissé d’une pluralité de champs, dont les plus importants sont les champs économiques et les champs du pouvoir. Les oeuvres conservent aussi les traces des logiques de ces champs environnants. Bourdieu parle à ce propos d’effet de champ, de retraduction, de réfraction. Ainsi, les oeuvres littéraires, tout comme les oeuvres artistiques et culturelles, ne sont pas le “reflet” des logiques des champs économiques et politiques. Les pressions externes existent, elles se font sentir, mais ne sont pas “reconnues”; elles subissent une sorte de transfiguration, de restructuration. Des traces plus évidentes des logiques des champs environnants, correspondent à une moindre capacité de “réfraction”, et donc à un degré plus bas d’autonomie du champ culturel en question; des traces moins évidentes témoignent d’un degré plus important d’autonomie.
  GLACIAL, edição n° 108: março 1974, n° 2/nova série
             
Cette réflexion, fondée sur l’importance des valeurs et sur la théorie des champs de Pierre Bourdieu, nous a fourni le cadre permettant la formulation de la problématique centrale de notre étude. Elle nous a, également, permis d’emprunter les voies adéquates pour trouver des réponses aux questions formulées au départ de notre recherche. L’étude de Glacial serait incomplète sans la référence à un contexte social plus global. Nous sommes face à un Supplément qui accorde au littéraire une place majeure, même si sa réflexion porte aussi sur les arts et la culture, en général. Il s’inscrit dans le processus d’autonomisation de l’institution littéraire açorienne développé à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle, dans le cadre plus large de la recherche de l’identité culturelle de l’Archipel. Cette quête soutient, à son tour, le processus d’affirmation de l’identité régionale des Açores, dans l’espace national portugais. Il s’agit d’un long processus, tissé d’avancements et de reculs, qui aura des conséquences politiques importantes: il conduit, en 1976, à la consécration de l’autonomie politique et administrative dans la Constitution portugaise et à la création de la région autonome des Açores, inaugurant, ainsi, une nouvelle époque dans l’affirmation de l’Archipel. Ainsi, la question principale posée, à propos de l’objet de notre étude, a été de savoir dans quelle mesure ce Supplément a participé au processus d’affirmation de la littérature açorienne. Comment s’inscrit-il dans ce processus? Comment contribue-t-il à son développement?        
1ª edição de GLACIAL em A UNIÃO (1967)  
           
Pour répondre à ces questions, nous avons emprunté deux voies complémentaires. D’une part, il était important de situer Glacial dans son contexte social. Une réflexion sur le processus de “construction” de l’identité açorienne, pour situer le Supplément dans le devenir historique, à travers lequel le champ culturel et le champ littéraire açoriens se sont progressivement affirmés, nous est apparue comme une démarche indispensable pour répondre à nos questions. Tracer les lignes principales de l’affirmation identitaire açorienne est, donc, devenu le premier pas pour aborder la problématique soulevée à propos de Glacial. Le contexte politique et culturel du Portugal de l’époque, sans lequel on ne pourrait comprendre ni l’engagement deGlacial, ni sa contribution à l’affirmation de l’identité littéraire açorienne, a constitué l’autre repère essentiel à l’encadrement de Glacial. D’autre part, nous avons interrogé l’oeuvre elle-même, afin de dévoiler, à travers l’analyse de ses stratégies discursives et de son évolution structurelle, le système des valeurs qu’elle proposait ainsi que les lignes d’orientation autour desquelles elle s’est construite en tant que “texte”. Pour pallier le manque d’informations sur Glacial, notre analyse du Supplément ne s’est pas appuyée uniquement sur son corpus, mais aussi sur les témoignages de Carlos Faria, de Cunha Oliveira et d’Artur Goulart, ainsi que d’autres collaborateurs açoriens qui se sont engagés dans ce moment particulier de la vie culturelle et littéraire d’Angra do Heroísmo, et des Açores. Cela a été important pour nous aider à reconstituer le contexte culturel de cette ville à l’époque de la parution de Glacial.
L’analyse de l’oeuvre que nous avons entamée a confirmé nos constats initiaux.Glacial construit, en effet, son discours sémantique autour de deux grands axes à travers lesquels il s’inscrit dans la société portugaise de l’époque et dans la quête de l’identité littéraire açorienne: d’une part, son élan transgresseur et, d’autre part, la dynamique intérieur/extérieur. Le désir de Liberté lui permet d’exprimer son élan transgresseur, dont l’un des vecteurs essentiels sera la provocation à l’égard du régime politique; l’apologie de la Fraternité l’ouvre à une universalité non totalisatrice, à une poétique de la Relation. Nous avons dû constater que ce fut à travers cette pratique textuelle, ayant comme support un système des valeurs basé sur la défense de la Liberté et de la Fraternité universelle que le principe d’autonomie nécessaire, selon Bourdieu, à la construction de tout champ symbolique, s’est manifesté dans le Supplément.
Glacial atteste ce que dit Pierre Bourdieu, à propos des pratiques dans le secteur le plus autonome du champ de production culturelle: elles se fondent sur une inversion des principes essentiels de la logique économique ordinaire, c’est-à-dire que ceux qui y entrent ont “intérêt au désintéressement”. En effet, la pratique textuelle de ce Supplément et de leurs collaborateurs les plus importants ne vise aucun profit qui puisse venir du champ du pouvoir ou du champ économique.
Dans le cas de Glacial ce sont les coercitions imposées par le champ du pouvoir qui se font sentir et non celles du champ économique. Tout au long de notre étude nous avons mis en évidence le rapport de Glacial au champ du pouvoir politique. En effet, la construction de l’autonomie des champs littéraires et culturels ne se restreint pas à l’indépendance accordée par les pouvoirs: un haut degré de liberté accordé par le pouvoir au monde des Lettres et des Arts n’entraine pas nécessairement des affirmations d’autonomie; de même, un haut degré de censure ne conduit pas toujours à la disparition de l’autonomie. Le cas de Glacial illustre bien cette affirmation de Pierre Bourdieu, si l’on pense aux relations qu’il a entretenu avec le champ du pouvoir, car, malgré la censure de l’Etat, la provocation à l’égard du regime politique de l’époque a accompagné l’évolution du Supplément. Tout comme l’écrivain qui trouve des stratégies pour échapper à la pression de l’appareil censorial, Glacial a, lui aussi, développé ses propres stratégies de transgression pour miner la censure exercée par l’Etat et faire passer des messages considérés comme subversifs par le régime dictatorial de l’époque. Les pratiques principales du Supplément, pour mener à bien ces objectifs, furent solvente dissimulées, mais elles furent, parfois, assez courageuses et frontales. Nous rappelons la publication de certains messages dans des coins moins visibles des pages du Supplément, ainsi que la polysémie des épigraphes et l’utilisation de titres qui ne disent pas souvent tout ou le principal du contenu des articles; nous mettons également en évidence la publication d’auteurs connus par leurs positions ouvertement contre le régime, voire la divulgation de peintres, comme Ara Gouveia, à l’époque réfugié à Bruxelles pour des raisons politiques, dont un dessin paraît dans l’en-tête de Glacialdurant un certain temps.
D’après Bourdieu, le fait que les champs culturels ne soient jamais complètement libres par rapport au contraintes imposées par les champs englobants, fait des premiers un espace de lutte entre deux principes de hiérarchisation: le principe autonome, défendu par ceux qui ne transigent pas et le principe hétéronome, défendu par ceux qui préfèrent se soumettre aux pouvoirs extérieurs. L’autonomie du champ dépend du rapport de forces entre ces deux factions. Nous pouvons affirmer que Glacialreprésente le principe d’autonomie face aux contraintes politiques du champ du pouvoir, avec le soutien de l’équipe du journal A União dirigé par Cunha Oliveira. Degré d’autonomie croissant car, à la fin, la contestation est plus directe. En effet, au fur et à mesure que Glacial avance, la provocation devient de plus en plus frontale. Elle atteint son point culminant, durant l’année 1973, avec la présence des littératures émergentes de l’Afrique lusophone, dont les protagonistes, souvent présents dans Glacial, refusaient et combattaient le système colonial portugais. C’est aussi, durant le premier semestre de cette année, que l’on assiste à la parution d’autres suppléments dans le journal A União (PedraAcessoPassoA União/Espectáculos), dans lesquels la contestation du régime politique est bien patente. Ainsi, la dynamique créée par Glacialcontribue à l’instauration d’une autonomisation croissante qui ne sera freinée par le pouvoir qu’en mai 1973, lors du changement de la direction d’A União. Nous pouvons parler d’une régression après la démission de Cunha Oliveira. Monseigneur Machado Lourenço, le nouveau directeur du journal, manifeste clairement son penchant vers l’hétéronomie envers le champ du pouvoir clérical et temporel. Cependant, dans ce moment critique, les défenseurs du principe d’autonomie ont trouvé la solution de passer à l’édition de Glacial, en feuilles volantes, jusqu’à la révolution des OEillets de 1974. Ainsi, le Supplément réapparaît, six mois plus tard, avec le même esprit qui le guidait auparavant.
Voilà comment un projet qui au départ ne semblait pas porteur d’une intention politique, se politise de plus en plus et se transforme progressivement en un champ de contestation, car il véhicule des valeurs qui ne peuvent pas s’épanouir dans une société bâillonnée par un régime dictatorial. La disparition du Supplément, suite au 25 Avril 1974, est révélatrice de l’importance acquise par la composante politique dans Glacial. Comment transformer un discours contestataire en un discours d’exaltation?
Cette dimension politique, est, à notre avis, très importante dans le Supplément. Elle lui permet d’accomplir pleinement son désir d’universalité non totalisatrice, car elle fait de Glacial un espace de liberté, malgré les contraintes imposées par le pouvoir. En d’autres termes, elle favorise l’épanouissement de la poétique de la Relation qui sous-tend le Supplément, contribuant, elle aussi, à la création d’un espace d’expression pluriel, où se superposent, se rencontrent et dialoguent des voix du dedans et dudehors.
A la fin de notre étude, nous pouvons conclure que Glacial s’inscrit dans la continuité du processus d’affirmation de l’identité littéraire açorienne. Lieu de rencontre entre une pluralité de cultures et d’esthétiques, il refuse la clôture et regarde l’Ailleurs, autant que la circonstance qui l’entoure de plus près – les Açores. Ainsi, il emprunte les voies que la littérature açorienne a choisi à partir de la fin du XIXème siècle, à savoir, la dichotomie entre le dedans et le dehors, entre l’espace fermé de l’île et l’infinitude du monde, ainsi que l’enracinement progressif à l’égard de la réalité des Açores, faisant jus à ce que Pierre Bourdieu affirme à propos de l’homologie qui se vérifie entre l’espace des oeuvres et leur microcosme social: l’oeuvre (ou le système d’oeuvres) et le champ enferment, sous des formes différentes, la même information.
Si sa dimension politique crée les conditions pour que les jeunes collaborateurs açoriens, mais surtout ceux que nous avons inclus sous la désignation de “générationGlacial”, puissent revendiquer le droit d’exprimer leur conscience et leur engagement littéraire, la poétique du Divers qui soutient le Supplément contribue à une meilleure formation de la conscience esthétique de ces jeunes, car elle les met en contact avec d’autres espaces, d’autres littératures, d’autres cultures, voire d’autres identités littéraires et culturelles.
La phrase de Carlos Faria, qui ouvre le Supplément à cette poétique de l’Ailleurs paraît dans le deuxième numéro: «Nous souhaitons prévenir et affirmer qu’une page littéraire d’un journal de l’île Terceira sera une page littéraire de l’île Terceira quand elle le sera sans géographie. C’est-à-dire: ouverte au Dialogue National et Universel»298. Cette phrase doit être interprétée, comme nous l’avons souligné dans la deuxième partie de notre travail, dans le contexte de l’époque. Le coordinateur souhaite, avant tout autre chose, marquer sa position contre ceux qui pouvaient encore défendre un régionalisme réducteur. En effet, la littérature n’était pas pour Carlos Faria une “généralisation abstraite” ou une “suspension en l’air”299. Les options et l’itinéraire de Glacial prouvent le contraire, à travers l’importance que les Açores acquièrent au cours des années. Ainsi, le Supplément accueillera des jeunes açoriens désireux de s’identifier avec la Terre et le Peuple açoriens, conscients que la littérature provient d’un lieu, qu’elle ne se produit pas dans un état de «suspension»; avides de la découverte de nouveaux horizons poétiques, «de la Parole qui n’a pas encore été dite”300. Des jeunes qui, répondant aux défis de la société de leur temps, ont essayé de trouver la «mesure du dire»301 qui était le leur. Ils avaient compris qu’il n’existe pas de littérature sans géographie, mais que cela n’implique pas que l’on accepte un régionalisme réducteur. Ils ont eu l’intuition qu’il fallait partir du lieu et «lier de manière rémissible le lieu, d’où une poétique ou une littérature est émise, à la totalité-monde et inversement”3
            
Armando Côrtes-Rodrigues, «Grito das Ilhas» in GLACIAL, n°1, 15-07-1967
          
Glacial a, en effet, été le lieu privilégié de formation et d’expression d’une partie significative des valeurs littéraires qui se sont révélées à l’époque, rassemblant une jeune génération de poètes et d’écrivains açoriens. Il a, par ailleurs, été capable de compter sur la collaboration d’écrivains açoriens plus âgés. António José da Cunha Ribeiro, né à Terceira, en 1957, et Armando Côrtes-Rodrigues, né à S. Miguel, en 1891, ont tous les deux envoyé des inédits à Glacial. Tout comme la confluence d’espaces et de cultures différentes, cette confluence intergénérationnelle a, certes, été essentielle à l’affirmation future de ces jeunes écrivains açoriens. C’est dans la mesure où il a fonctionné comme un espace d’apprentissage et de pratique littéraire, de révélation et de divulgation, c’est-à-dire, comme un centre d’attraction et de rayonnement des énergies créatrices de jeunes poètes et écrivains açoriens qu’il devient le moteur du champ littéraire açorien. D’autant plus qu’une partie considérable de ces jeunes a connu, à la suite de la révolution des OEillets de 1974, un parcours important dans le milieu littéraire, intellectuel, universitaire et politique açorien, comme nous l’avons souligné dans les deux derniers chapitres de cette étude. C’est grâce à cela que ce Supplément est resté dans la mémoire des intellectuels açoriens comme un temps fort de l’affirmation littéraire açorienne. Ainsi, en 2006, la Bibliothèque Publique d’Angra do Heroísmo a rendu hommage à son créateur, Carlos Faria, avec la participation d’Urbano Bettencourt, l’un des jeunes collaborateurs de Glacial et actuellement professeur de l’Université des Açores.
En terminant la rédaction de notre travail, nous nous rendons compte que deux perspectives de recherche futures nous sont ouvertes. Les deux sont complémentaires, à notre avis, car elles conduisent à la problématique de l’affirmation de l’identité littéraire et culturelle açoriennes. Toutefois, elles impliquent des voies différentes à suivre: l’une, tient à la construction du champ culturel et du champ littéraire de l’Archipel, dans une perspective sociologique et selon la théorie du champ de Pierre Bourdieu; l’autre, à vocation plus littéraire, tient au rôle de la parole poétique dans la quête de l’identité.
Tout au long de notre étude de Glacial, nous nous sommes rendue compte que son équipe travaillait en relation étroite avec les galeries d’art Gávea et Degrau. Il serait intéressant d’étudier ce qui est resté dans la mémoire collective des intellectuels açoriens comme le “mouvement des galeries”, thème qui n’a pas pu trouver sa place dans ce travail et qui pourrait constituer, à lui seul, un sujet de recherche, dans le prolongement de notre proposition. Ces galeries furent créées comme une réaction à la fermeture, par le gouvernement, de la coopérative Sextante, mais elles ne sont pas devenues uniquement des espaces de contestation à l’égard du régime politique; elles furent également les lieux privilégiés d’un renouvellement de l’expression artistique açorienne et, à travers l’organisation d’expositions d’artistes du Continent portugais, elles ont indéniablement contribué à l’ouverture des Açores aux nouvelles esthétiques venant d’Ailleurs.
Dans notre périple à travers l’histoire de l’affirmation de l’identité açorienne, nous avons souligné l’importance des Instituts culturels créés durant la première moitié du XXème siècle. Ces instituts ont énormément contribué à l’affirmation de cette identité, durant la longue période de l’Etat Nouveau. A un moment où l’absence de mouvements autonomistes aurait pu créer des obstacles à l’élaboration du discours identitaire, ils se sont révélés comme centres propulseurs de la quête et de l’affirmation de l’identité de l’Archipel, à travers l’organisation de congrès et de conférences qui ont rassemblé l’intelligentsia açorienne autour d’un projet commun de “découverte” et de réflexion sur la Terre et le Peuple açoriens, selon les perspectives les plus diverses. Ils ont, par ailleurs, développé une activité éditoriale régulière, fonctionnant comme des instances d’encadrement et de consécration d’écrivains, d’intellectuels, d’artistes, contribuant, sans doute, à la construction du champ culturel et du champ littéraire açoriens. L’action de ces instituts, notamment de l’Institut Açorien de Culture (IAC), mérite que l’on s’y consacre plus en détail dans le futur, d’autant plus que son travail n’a pas été étudié selon cette perspective et de façon précise, jusqu’à présent. Le rôle du Séminaire Episcopal d’Angra do Heroísmo, surtout pendant la décennie de 1960, ne serait pas à négliger dans cette étude, car il a été le centre propulseur des principaux événements culturels qui se réalisèrent au cours de cette décennie. Par ailleurs, le Séminaire a été l’un des principaux responsables de la formation de l’élite açorienne qui plus tard, à la suite du 25 Avril 1974, ira penser et diriger les Açores et les Açoriens.
Au cours de notre étude consacrée à Glacial, nous avons encore été impressionnée par le potentiel poétique de la production des jeunes açoriens les plus assidus dans les pages du Supplément. Il serait intéressant de suivre leur parcours littéraire et d’analyser la production poétique postérieure de ces jeunes. Quels points de contact y a-t-il entre leurs textes? Comment leur oeuvre a-t-elle contribué à la quête de l’identité açorienne? Dans quelle mesure leur pensée poétique préserve le particulier, réclamant ainsi son droit à l’”opacité”, tout en étant capable de se relier à la totalité du “chaos-monde” dont nous parle Edouard Glissant? En d’autres termes, comment dit-elle ce que Carlos Faria a nommé le «monde des îles» et «les îles du monde»?
Autant de sujets de recherche dont l’intérêt et l’actualité méritent que l’on si attache dans le futur.
             
“Conclusion” in Le supplément ‘Glacial A União das Letras e das Artes’ (1967-1974) et l’affirmation du champ littéraire açorien, Lusa Maria de Melo Ponte. Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l’université Paris-Sorbonne, 3 décembre 2010.
              
_________________
(298) Carlos Faria, “Flâmula”, GLACIAL, n° 2, 11/10/1967. / «Desejamos prevenir e afirmar que uma página literária dum jornal da Ilha Terceira, será uma Página Literária da Ilha Terceira, quando o for sem geografia! Isto é: aberta ao Diálogo Nacional e Ulniversal.»
(299) Expressions empruntées à Edouard Glissant. (Cf. Edouard Glissant, Introduction à une poétique du diversop. cit., p. 34).
(300) Ivone Chinita, João de Melo, «Poesia Açoreana Jovem (Antologia). Carta aberta aos novos poetas», Lisboa, 5/10/70, GLACIAL, n° 59, 10-12-70. / “da Palavra que ainda não foi dita”
(301) Expression empruntée à Edouard Glissant. (Cf. Edouard Glissant, Introduction à une poétique du diversop. cit., p.34)
(302) Idem, ibidem.
            
   Última edição de GLACIAL em A UNIÃO (1973)
            
               
BIBLIOGRAPHIE
           
II – LES AÇORES
          
GÉOGRAPHIE ET HISTOIRE
[ALBERGARIA, João Soares de], Corographia Açórica ou Descripção Phizica, Politica e Historica dos Açores por um Cidadão Açorense, membro da Sociedade Patriótica Phyilantropyca n’os Açores, Lisboa, Impressão de João Nunes Esteves, 1822, 133p.
AMARAL, Carlos E. Pacheco, «Regionalismo e Estado Nacional”, in Arquipélago, Revista da Universidade dos Açores, n° 5, Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 1990, pp. 45-87.
ANDRADE, Luís, «Os Açores no século XX – um contributo para a sua História Militar”, inArquipélago – História, Revista da Universidade dos Açores, 2ª série, vol. III, Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 1999, p.447-456.
ANDRADE, Manuel Jacinto de, Jornais Centenários dos Açores, Ponta Delgada, Presidência do Governo da Região Autónoma dos Açores, Gabinete do Subsecretário Regional para a Comunicação Social, 1994, 151 p.
BARBOSA, Manuel, A luta pela Democracia nos Açores, Centelha, Coimbra, 1978, 192 p.
BRITO, Raquel Soeiro de, A Ilha de São Miguel. Estudo Geográfico, Lisboa, Instituto de Alta Cultura, Centro de Estudos Geográficos, 1995, [1ª ed. 1955], 214 p.
COSTA, Francisco Carreiro da, «Açores», in SERRÃO, Joel (dir. de), Dicionário de História de Portugal, Porto, Figueirinhas, vol. 1, pp. 18-22.
CORDEIRO, Carlos, ÁVILA, José Mendonça Brasil e, ROSA, Eduardo Ferraz da (org. de),Açorianidade e Autonomia – páginas escolhidas, Ponta Delgada, Signo, 1989, 203 p.
CORDEIRO, Carlos, Insularidade e Continentalidade Os Açores e as contradições da Regeneração (1850-1870), Coimbra, Livraria Minerva, 1992, 188 p.
________ «Regionalismo e Identidade Açoriana. O Debate nos Anos 20”, in A Autonomia no Plano Histórico. Actas do I Centenário da Autonomia dos Açores,Ponta
Delgada, Jornal de Cultura, 1995, pp. 277-288.
________ Nacionalismo, Regionalismo e Autoritarismo nos Açores durante a I República, Lisboa, Edições Salamandra, 1999, 489 p.
________ «Identidade e Autonomia. O Debate nos Açores”, separata das Actas do Curso
Europa em Mutação: cidadania, identidades, diversidade Cultural, Coimbra,
Quarteto, 2003, pp. 77-93.
________ «O Fenómeno Emigratório Açoriano: leituras e contextos», separata dasActas do Colóquio, Portugal Brasil – Uma Visão Interdisciplinar do século XX (2 a 5 de Abril de 2003), Coimbra, Quarteto, 2003, p. 109-127.
________ Para uma cronologia do oitocentismo açoriano, (apoio à leccionação do programa de História dos Açores II), Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 2005, 102 p., [Policopiado].
________ Historia dos Açores II – Relatório elaborado no âmbito da prestação de Provas de Agregação em História, Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 2005, 115p., [Policopiado].
________ «Pobreza, emigração e propaganda política no Estado Novo. Açorianos na república Dominicana (1940-1941)», [no prelo], 11 p.
________ SERPA, Susana (coord. de), A História na Imprensa e a Imprensa na História. O contributo dos Açores, Ponta Delgada, Centro de Estudos Gaspar Frutuoso da Universidade dos Açores, CEIS 20 da Universidade de Coimbra, 2009, 633 p.
COSTA, Ricardo Manuel Madruga da, Os Açores em finais do regime de Capitania-Geral, vol. I, Horta, Núcleo Cultural da Horta e Câmara Municipal da Horta, 2005, 620p.
DIAS, Fátima Sequeira, «Uma breve reflexão sobre a História dos Açores com particular incidência no exemplo micaelense”, in Arquipélago – História, Revista da Universidade dos Açores, 2ª série, vol. III, Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 1999, p.457-488.
DEESPERTAR. Boletim Paroquial, 104, Ribeira Chã, Agosto de 1990.
ENES, Carlos, «Estudo introdutório”, in RIBEIRO, Luís da Silva, Obras IV Escritos político-administrativos, Angra do Heroísmo, Instituto Histórico da Ilha Terceira, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1996 , pp. 13-98.
ENES, José, «O 25 de Abril e a Autonomia dos Açores”, in CORDEIRO, Carlos, ÁVILA, José Mendonça Brasil e, ROSA, Eduardo Ferraz da (org), Açorianidade e Autonomia – páginas escolhidas, Ponta Delgada, Signo, 1989, pp. 185-197.
ENES, Maria Fernanda Diniz Teixeira, O Liberalismo Nos Açores. Religião e Política (1800-1832), vol. II, Universidade Nova de Lisboa, 1994 [Tese dout.].
JOÃO, Maria Isabel, Os Açores no século XIX. Economia, Sociedade e Movimentos Autonomistas, Lisboa, Edições Cosmos, 1991, 327 p.
________ «Origem e Causa dos Movimentos Autonomistas Açorianos”, in Boletim do Núcleo Cultural da Horta, vol. X, Horta, Edição do Núcleo Cultural da Horta, 1991-92, pp. 3-33.
________ «Identidade e Autonomia”, in Ler História, revista semestral, n° 31, 1996, pp. 103-131.
LACERDA, Eugénio Pascele, O Atlântico Açoriano: uma antropologia dos contextos globais e locais da açorianidade. [En ligne], URL: http://www.musa.ufsc.br/eugenio.html, Universidade Federal de Santa Catarina, Florianópolis, 2003, 290 p., [Tese Dout.].
LEITE, José Guilherme Reis, «António Cordeiro, uma proposta de autonomia para os Açores do século XVIII», in Boletim do Instituto Histórico da Ilha Terceira, vol. XXXVI, Angra do Heroísmo, 1978, pp. 215-240.
________ «Para uma leitura da Corografia Açórica», in Revista Arquipélago, Línguas e Literaturas, número especial, Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 1983, pp. 279-317.
________ «A luta pelo governo autónomo dos Açores: uma sentença do desembargo do Paço a favor da nobreza de Angra, no século XVII», in Os Açores e o Atlântico (séculos XIV-XVII)Actas do Colóquio Internacional sobre os Açores e o Atlântico (1983), Angra do Heroísmo, Instituto Histórico da Ilha Terceira, 1984, pp. 108-113.
________ Sobre a autonomia dos Açores, Ponta Delgada, Eurosigno Publicações Lda., 1990, 67 p.
________ Política e Administração no Açores de 1890 a 1910: o 1.° movimento autonomista, 2 vols, Ponta Delgada, Jornal de Cultura, 1995, 594 p.
________ «Prefácio» a SOUSA, João Soares de Albergaria e, Corografia Açórica. Descrição Física, Política e Histórica dos Açores, 3.ª edição, Ponta Delgada, Jornal de Cultura, 1995, pp. 7-18.
LISBOA, João Luís, «Açores», in ALBUQUERQUE, Luís de, Dicionário de História dos Descobrimentos Portugueses, vol. I, Lisboa, Círculo de Leitores, 1994, pp. 12-15.
LOURENÇO, Eduardo, «Da autonomia como questão cultural», in A Autonomia como Fenómeno Cultural e Político. Comunicações apresentadas na VIII semana de Estudos dos Açores, Angra do Heroísmo, Instituto Açoriano de Cultura, 1987, pp. 51-62.
MAIA, Francisco d’Athayde Machado de Faria e, Subsídios para a História de S. Miguel e Terceira: capitães-generais. 1766-1831, 1 ª edição, Ponta Delgada, Instituto Cultural de Ponta Delgada, 1943, 399 p.
MATOS, Artur Teodoro de, MENESES, Avelino de Freitas, LEITE, Guilherme Reis, História dos Açores. Do descobrimento ao século XX, 2 vols., Angra do Heroísmo, Insituto Açoriano de Cultura, 2008, 670 p. e 766 p.
MEDEIROS, Octávio H. Ribeiro de, A Igreja nos Açores – Último quartel do século XIX, Índices Boletim Eclesiástico dos Açores (1872-1900), Povoação, Santa Casa de Misericórdia, 1996, 222 p.
________ A Igreja nos Açores – Primeiro quartel do século XX, Índices Boletim Eclesiástico dos Açores (1900-1924), Povoação, Santa Casa de Misericórdia, 1997, 358 p.
________ A Igreja nos Açores – Segundo quartel do século XX, Índices Boletim Eclesiástico dos Açores (1925-1952), Povoação, Santa Casa de Misericórdia, 1998, 289 p.
MENDES, José Manuel de Oliveira, Do ressentimento ao reconhecimento: vozes, identidades e processos políticos nos Açores (1974-1996), Porto, Edições Afrontamento, 2003, 370 p.
MENDONÇA, Luís e ÁVILA, José, Emigração Açoriana (sécs. XVIII a XX), Lisboa, Lito 2, Artes Gráficas, Lda., 2002, 268 p.
MENESES, Avelino de Freitas, Os Açores e o Domínio Filipino (1580-1590). A Resistência Terceirense e as Implicações da Conquista Espanhola, Angra do Heroísmo, Boletim do Instituto Histórico da Ilha Terceira, 1° vol., 1987, 398 p.
________ Estudos de História dos Açores. I – As ilhas no conhecimento do Mundo, Ponta Delgada, Jornal de Cultura, Artes Gráficas e publicações Lda., vol. 1, 1995, pp.77-107.
MONJARDINO, Álvaro, «As raízes da Autonomia Constitucional», separata das Actas do II Colóquio Internacional de História da Madeira, Funchal, SRTCE-CEHA, 1989, pp. 885-909.
________ «Autonomia açoriana», in BARRETO, António, MÓNICA, Maria Filomena (coord. de), Dicionário de História de PortugalSuplemento, vol. 7, Porto, Figueirinhas, 1999, pp. 150-151.
RILEY, Carlos, «Ilhas Atlânticas e Costa Africana», in BETTENCOURT, Francisco, CHAUDHURI, Kirti (dir. de), História da Expansão Portuguesa, vol. I, Lisboa, Circulo dos Leitores, 1998, pp.137-162.
ROCHA, Gilberta Pavão Nunes da, Dinâmica populacional dos Açores no século XX. Unidade. Permanência. Diversidade., Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 1991, 379 p.
TELO, António José, Os Açores e o Controlo do Atlântico (1898-1948), Porto, Edições Asa, 1993, 557 p.
________ «Açores», in ROSAS, Fernando, BRITO, J. M. Brandão de (dir. de), Dicionário de História do Estado Novo, Venda Nova, Bertrand, 1996, vol. I, pp. 17 – 20.
          
DOMAINE CULTUREL
AFONSO, João, «Estudos Açorianos. O Significado das Semanas de Estudo”, in Atlântida. Órgão do Instituto Açoriano de Cultura, Vol. IX, Angra do Heroísmo, Novembro-Dezembro, 1965, pp. 278-288.
AGUIAR, Cristóvão de, «O Homem açoriano é um mito e a expressão ‘Literatura Açoriana’ é um equívoco», in ALMEIDA, Onésimo Teotónio de (org. e sel. de), A Questão da literatura Açoriana – Recolha de intervenções e revisitação, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1983, pp. 110-114, [1ª publ. 1979].
ALMEIDA, Onésimo Teotónio de (org. e sel. de), A Questão da literatura Açoriana – Recolha de intervenções e revisitação, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1983, 236 p.
________ «Da ausência de produção teórica na literatura açoriana», in ALMEIDA, Onésimo Teotónio de (org. e sel. de), A Questão da literatura Açoriana – Recolha de intervenções e revisitação, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1983, pp. 217-222, [1ª publ. 1982].
________ (org. de), Da Literatura Açoriana. Subsidios para um Balanço, Comunicações ao I Simpósio sobre Literatura Açoriana realizado na Universidade de Brown, E.U.A., em 22 e 23 de Abril de 1983, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional da Educação e Cultura, 1986, 327 p.
________ «Açorianidade: equívocos estéticos e éticos», in ALMEIDA, Onésimo Teotónio de (org. de), Da Literatura Açoriana, subsídios para um balanço, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1986, pp. 305-314.
________ Açores, Açorianos, Açorianidade – um espaço cultural, Ponta Delgada, Signo, 1989, 206 p.
ANDRADE, Júlio, «Notícia bibliográfica», Lisboa, 1965, in GUERRA, Rodrigo, A Americana, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional da Educação e Cultura, 1980, pp. 9-18.
BAPTISTA, António (org. e dir. de), Album Açoriano, Lisboa, Typographia e Photogravura do Annuario Commercial de Portugal, 1903, 608 p.
BARROS, J. H. Santos, «20 Anos de Literatura e Arte nos Açores», Lisboa, Grupo de Intervenção Cultural Açoriano, 1977, 85 p.
________ O Lavrador de Ilhas I, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional da Educação e Cultura, 1981, 236 p.
BETTENCOURT, Urbano, «Carlos Faria – de Nova Iorque às Fajãs de S. Jorge», in FARIA, Carlos, São Jorge Ciclo da Esmeralda, Signo, Câmara Municipal das Velas, 1992, pp. 3-8.
________ O Gosto das Palavras II (Leituras e Ensaios), Ponta Delgada, Jornal de Cultura, 1995, 139 p.
________ O Gosto das Palavras III (Crónicas e Leituras), Lisboa, Edições Salamandra, 1999, 158 p.
________ «Uma outra açorianidade. Um texto esquecido de Nemésio», in Vitorino Nemésio 1° Centenário do Nascimento 1901-2001, separata da Revista Atlântida, vol. XLVI, Angra do Heroísmo, Instituto Açoriano de Cultura, 2001, pp. 321-324.
________ Ilhas conforme as circunstâncias, Lisboa, Edições Salamandra, 2003, 190 p.
________ Texte présenté lors de l’hommage à Carlos Faria, inédit, 16/11/2006, 10 p. ________ «Literatura açoriana – da solidão atlântica à perdição no mundo»in TUTIKIAN, Jane e BRASIL, Luiz António de Assis (org. de), Mar Horizonte: Literaturas Insulares Lusófonas, Porto Alegre, Edipucrs (Pontifícia Universidade Católica do Rio Grande do Sul), Colecção Memória das Letras, n.º 22, 2007, pp.11-22.
BRASIL, Luís António de Assis, «A narrativa açoriana pós-revolução dos cravos: uma breve notícia», in Via Atlântica, n° 3, Dezembro de 1999, pp. 204-223. [En ligne], URL: www.fflch.usp.br/dlcv/posgraduacao/ecl/pdf/via03/via03_16.pdf. Consulté le 18 mai 2005.
________ Escritos Açorianos: A viagem de Retorno. Tópicos acerca da narrativa açoriana pós-25 de Abril, Lisboa, Edições Salamandra, 2003, 150 p.
________ Vertentes da Literatura Açoriana Pós-25 de Abril, Centro de Estudos de Culturas de Língua Portuguesa, PUC, Porto Alegre. [En ligne], URL: http://www.pucrs.br/letras/pos/literaturaportuguesa/memoriadasgentes/trabalho6.htm. Consulté le 3 juin 2004.
________ TUTIKIAN, L. A. (org. de), Mar Horizonte, Porto Alegre, EDIPUCRS, 2007, 184p.
CARVALHO, Ruy Galvão de (pref. sel. e notas de), Antologia Poética dos Açores, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional da Educação e Cultura, 1° vol., 1979, 522 p.
________ Antologia Poética dos Açores, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional da Educação e Cultura, 2° vol., 1984, 421 p
________ «Possibilidades de uma literatura de significação açoriana», in ALMEIDA, Onésimo Teotónio de (org. e sel. de), A Questão da literatura Açoriana – Recolha de intervenções e revisitação, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1983, pp. 68-73, [1ª publ. 1956].
«CONCLUSÕES e votos da IV Semana de Estudo», separata do Livro da IV Semana de Estudo, Angra do Heroísmo, União Gráfica Angrense, 1965, 19 p.
I CONGRESSO de Comunidades Açorianas, Angra do Heroísmo, Edição da Comissão Preparatória do I Congresso de Comunidades Açorianas, 1979, 539 p.
II CONGRESSO de Comunidades Açorianas, Angra do Heroísmo, Edição da ComissãoPreparatória do II Congresso de Comunidades Açorianas, 1989, 670 p.
III CONGRESSO de Comunidades Açorianas, Angra do Heroísmo, Edição da Comissão Preparatória do II Congresso de Comunidades Açorianas, 1995, 571 p.
IV CONGRESSO de Comunidades Açorianas, Angra do Heroísmo, Edição da Comissão Preparatória do IV Congresso de Comunidades Açorianas, 1995, 632 p.
COSTA, Carreiro da, «Breve notícia sobre elementos para uma literatura regional açoriana», in LIVRO do Primeiro Congresso Açoriano que se reuniu em Lisboa de 8 a 15 de Maio de 1938, 2ª edição, Ponta Delgada, Jornal de Cultura, 1995, [1ª ed. 1940], pp. 195-198.
________ «Propaganda insular pela literatura regional», in LIVRO do Primeiro Congresso Açoriano que se reuniu em Lisboa de 8 a 15 de Maio de 1938, 2ª edição, Ponta Delgada, Jornal de Cultura, 1995, [1ª ed. 1940], pp. 256-259.
ENES, José, «Açorianidade de Roberto Mesquita», in ALMEIDA, Onésimo Teotónio de (org. e sel. de), A Questão da literatura Açoriana – Recolha de intervenções e revisitação, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1983, pp.35-42, [1ª publ. 1954].
EXPOSICÃO de Arte/Art Exhibit, Secretaria de Estado da Emigração, Consulado de Portugal, Casa da Saudade, New Bedford Free Public Library Brunch, 1977, [s.p.].
FERREIRA, Adriano, Clube Asas do Atlântico – meio século ao derviço de Santa Maria (1946-1996). Quinquagésimo Aniversário, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional da Educação e Cultura, 1996, 99 p.
FERREIRA, Padre Ernesto, Os três Patriarcas do Romantismo nos Açores, Ponta Delgada, Instituto Cultural de Ponta Delgada, 1994, 134 p. [1 ª ed., 1947].
FREITAS, Vamberto, «O Suplementarismo Cultural nos Açores: uma reflexão pessoal», in Revista Vértice, n° 86, Setembro/Outubro 1998, II série, Coimbra, pp. 109-111.
GARCIA, Eduíno Borges, “Por uma autêntica literatura açoriana”, in ALMEIDA, Onésimo Teotónio de (org. e sel. de), A Questão da literatura Açoriana – Recolha de intervenções e revisitação, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1983, pp, 43-67, [1ª publ., 1953].
GARCIA, José Martins, Para uma Literatura Açoriana, Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 1987, 148 p.
________ Exercício da Crítica, Lisboa, Edições Salamandra, 1995, 311 p.
GOULART, Osório, «Poetas Micaelenses», in Insulana, Orgão do Instituto Cultural de Ponta Delgada, voll. II, n°4, MCMXLVI, pp. 668-688.
GRUPO Gávea de New Bedford, Freeing the whales, Rogério Silva, 1787-1987, New Bedford, The Rotch Jones Duff House Garden Museum (catalogue), [s.p.].
HEILMAIR, Hans-Peter, «Jardins de Letras no meio do mar plantados», separata da Revista Insulana, Ponta Delgada, Instituto Cultural de Ponta Delgada, 1993, pp.465-481.
________ «Estratégias de delimitação das áreas nacionalista e regionalista: os exemplos de Cabo Verde e dos Açores», in CRISTÓVÃO, Fernando, FERRAZ, Maria de Lourdes, CARVALHO, Alberto (org. de), Nacionalismo e Regionalismo nas Literaturas Lusófonas, Actas do II Simpósio luso-afro-brasileiro de literatura, Lisboa, Abril de 1994, Lisboa, Edição Cosmos, 1997, pp. 227-230
INSTITUTO Açoriano de Cultura. 37 Anos de Actividades, Angra do Heroísmo, Instituto Açoriano de Cultura, 1992, 169 p.
«IMPRENSA Periodica nos Açores”, in ARQUIVO DOS AÇORES, Edição fac-similada da edição original (1878-1959), vol VIII, Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 1982, pp. pp.485-556.
JESUS, Eduíno de, «Breve notícia histórica da poesia açoriana de 1915 à actualidade”, in BARROS, Costa (org. de), Estrada Larga: Antologia dos números especiais, relativos a um lustro do suplemento «Cultura e Arte» de «Comércio do Porto», vol. III, Porto, Porto Editora, [s.d.], pp. 425-430.
________ «Para uma teoria da literatura açoriana», in ALMEIDA, Onésimo Teotónio de (org. e sel. de), A Questão da literatura Açoriana – Recolha de intervenções e revisitação, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1983, pp. 74-79, [1ª publ., 1957].
LIMA Gervásio, Breviário Açoriano, Angra do Heroísmo, Tip. Ed. Andrade, 1934, 399 p.
LIVRO da I Semana de Estudos dos Açores, Abril de 1961, Ponta Delgada, Edição do Instituto Cultural, 1964, 267 p.
LIVRO da II Semana de Estudos dos Açores, Angra do Heroísmo, União Gráfica Angrense, 1963, 333 p.
LIVRO da III Semana de Estudos dos Açores, Ponta Delgada, Edição do Instituto Cultural de Ponta Delgada, 1965, 347 p.
LIVRO do Primeiro Congresso Açoriano que se reuniu em Lisboa de 8 a 15 de Maio de 1938, 2ª edição, Ponta Delgada, Jornal de Cultura, 1995, 723 p., [1ª ed. 1940].
LOURENÇO, Eduardo, A Nau de Ícaro seguido de Imagem e Miragem da Lusofonia, Lisboa, Gradiva, 1999, 214 p.
MACHADO, Humberto, «Gávea», (mémoire de fin d'études sous la direction de Urbano Bettencourt), Universidade dos Açores, 1992, 10 p.
MELO, João de, Antologia Panorâmica do Conto Açoriano: séculos XIX e XX, Lisboa, Editorial Vega, 1978, 271 p.
________ «A produção literária açoriana nos últimos 10 Anos (1968-1978): alguns subsídios para uma leitura sistemática», in Colóquio/Letras, Lisboa, separata n° 50, Julho de 1979, pp. 43-54.
________ «Há ou não uma literatura açoriana?”, in Vértice, n° 448, Maio/Junho, Coimbra, 1982, pp. 240-273.
________ Toda e Qualquer Escrita: Estudos, ensaios e críticas de Literatura, Lisboa, Editora Vega, 1982, 224 p.
MERELIM, Pedro de, As Bodas de Prata do Radio Clube de Angra (A voz da Terceira): esboço histórico 1947/1972, Angra do Heroísmo, [s.n.], [s.d.], 165 p.
NEMÉSIO, Vitorino, «Porque não temos uma literatura açoriana?», in ALMEIDA, Onésimo Teotónio de (org. e sel. de), A Questão da literatura Açoriana – Recolha de intervenções e revisitação, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1983, pp. 27-31. [1ª publ., Diário dos Açores, 02/05/1923].
________ «O Açoriano e os Açores», in Sob os signos de agora: temas portugueses e brasileiros, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1932, pp. 115-141. [1ª ed., Lisboa, Renascença Portuguesa, 1929].
________ “Açorianidade”, in ALMEIDA, Onésimo Teotónio de (org. e sel. de), A Questão da literatura Açoriana – Recolha de intervenções e revisitação, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1983, pp.32-34 [1ª publ., Revista Insula, Ponta Delgada, n° 7-8, Julho-Agosto,1932].
________ «Açorianidade II”, in BETTENCOURT, Urbano, «Uma outra açorianidade. Um texto esquecido de Nemésio», Vitorino Nemésio 1° Centenário do Nascimento 1901-2001, separata da Revista Atlântida, vol. XLVI, Angra do Heroísmo, IAC, 2001, pp. 323-324. [1ª publ., «Açorianidade», Diário de Notícias, Lisboa, 06/09/1932].
________ «O Poeta e o isolamento: Roberto Mesquita», in Revista de Portugal, n° 6, Janeiro de 1939, pp. 246-261.
________ «Os Açores», in NEMÉSIO, Vitorino, Corsário das Ilhas, Jornal de Vitorino Nemésio 3, Obras Completas, vol. XVI, Lisboa, Imprensa Nacional, Casa da Moeda, 3ª edição, 1998 pp. 45-55. [1 ª ed. Corsário das Ilhas, Lisboa, Bertrand, 1956].
________ «Açores: de onde sopram os ventos», in Açores – actualidade e destinos, Comentários de João Afonso, Angra do Heroísmo, Edições Atlântida, 1975, pp.35-38.
________ «Açores», in COELHO, Jacinto Prado (dir. de), Dicionário de Literatura, Porto, Mário Figueirinhas Editora, 4ª edição, 1994, pp. 21-23.
MONIZ, António Brandão, «Algumas questões sobre a Imprensa Açoriana”, in RevistaVértice, n°448, Maio/Junho, Coimbra, 1982, pp. 281-293.
OLIVEIRA, Álamo, «Nota de abertura ou Almeida Firmino – um poeta a recuperar», in FIRMINO, Almeida, Narcose: obra poética completa, Angra do Heroísmo, Secretaria Regional da Educação e Cultura, 1982, pp. 9-20.
________ «Terceirence e Pintor: José Lúcio», in Revista Atlântida, vol. XXX, 2° semestre, Angra do Heroísmo, Instituto Açoriano de Cultura, 1985, pp. 34, 35.
________ O cenário de uma geração, Angra do Heroísmo, Março 1990, inédito, 19 p., (Communication présentée lors du Congresso de Literaturas Lusófonas de Expressão Portuguesa, realisé par la Casa dos Açores de Lisboa, le 15 et le 16 juin, 1990).
PIRES, A. M. Machado, «A Identidade Cultural dos Açores», in Revista Arquipélago, Línguas e Literaturas, Vol. IX, Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 1987, pp. 155-166.
________ «Para um conceito de literatura açoriana», in Raul Brandão e Vitorino Nemésio, Ensaios, Temas Portugueses, Imprensa Nacional, Casa da Moeda, 1988, pp. 53-70.
________ O Homem Açoriano e a Açorianidade. [En ligne]. URL: http://www.cehamadeira.net/canarias/hia33.html. Consulté le 5 juillet, 2005.
RIBEIRO, Luís da Silva, «Subsídios para um ensaio sobre a açorianidade», transc. InAçorianidade e Autonomia – páginas escolhidas, CORDEIRO, Carlos, ÁVILA, José Mendonça Brasil e, ROSA, Eduardo Ferraz da (org. de), Ponta Delgada, Signo, 1989, pp. 25-54, [1ª ed., 1936].
________ «Síntese da influência do mar na vida popular dos açores», in RIBEIRO, Luís da Silva, Obras I Etnografia Açoriana, Centenário Ribeiriano, Angra do Heroísmo, Instituto Histórico e Regional da Educação e Cultura, 1982, p. 217-240.
ROCHA, Elmiro, «Os primórdios da Imprensa na Horta», in Boletim do Núcleo Cultural da Horta, vol. 8, números 1, 2 e 3, Horta, Oficinas tipográficas do Correio da Horta, 1985-1988, pp.7-24.
ROGÉRIO Silva, The Clement C. Maxwell Library, Bridgewater State College, April, 1986, [s.p.].
ROSA, Victor M. Pereira da, TRIGO Salvato V. P., «Da insularidade à açorianidade: algumas reflexões», in Revista Arquipélago, Ciências Sociais, n.° 2, Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 1987, pp. 187-201.
SANTOS, Avelino Rocha, Índices da ’Atlântida’ (Orgão do Instituto açoriano de cultura) Vols. I-XXX (1956-1985), Angra do Heroísmo, Instituto Açoriano de Cultura, 1987, 103 p.
SERPA, Caetano Valadão, A Gente dos Açores: identificação – emigração e religiosidade, séculos XVI-XX, Lisboa, Editora Prelo, 1978, 229 p.
SILVEIRA, Pedro da, “O conto Açoriano e os seus caminhos”, in BARROS, Costa (org. de),Estrada Larga: Antologia dos números especiais, relativos a um lustro do suplemento «Cultura e Arte» de «Comércio do Porto», Porto, Porto Editora, vol. I, [s.d.], pp. 545-547.
________ (sel. pref. e notas de), Antologia de Poesia Açoriana, do século XVIII a 1975, Lisboa, Sá da Costa, 1977, 356 p.
________ «Açores», in CACHOFEL, João José (dir. de), Grande Dicionário de Literatura Portuguesa e de Teoria Literária, Lisboa, Iniciativas Editoriais, 1979, pp. 35-46.
________ «Aqueles anos de 1940 e tal», in ALMEIDA, Onésimo Teotónio de, Da Literatura Açoriana, subsídios para um balanço. Angra do Heroísmo, Secretaria Regional de Educação e Cultura, 1986, pp. 31-42.
            […]

          


[Post original: http://comunidade.sol.pt/blogs/josecarreiro/archive/2013/12/03/Glacial.aspx]
Enviar um comentário